Eux!

« La femme effrayée » (M. Beckmann, 1947)

beckman.jpg

Elle souffrait de voir ce que les autres ne pouvaient même pas imaginer.

Dans les rues, dans les transports, les mêmes visages aveugles devant l’insupportable.

Leurs yeux vidés de toute volonté et leurs tympans brisés par la voix stridente des discours télévisés et radiodiffusés, suivaient sans comprendre l’histoire de sa propre contestation désespérée.

Elle se sent seule à pressentir l’inéluctable destin.

*

Insidieusement et à intervalles réguliers, Ils distribuaient généreusement des faveurs hérissées de pointes à des populations fascinées.

Ils avaient réussi à décourager les plus éveillés. Ces libertaires qui, au début, guidaient les innocents dans une pénombre feinte qu’Eux avaient savamment orchestrée.

Silence des bouches à jamais muselées par la peur.

Toute protestation est désormais informulable.

*

Et, Ils servaient à des populaces en liesse des fêtes truquées.

Les coups du sort répétés passaient maintenant comme des visites d’huissiers et Madame La Chance s’en était allée, jetant leurs dés pipés.

Les plus fortunés négocient aujourd’hui la meilleure place en Enfer.

*

Elle échafaudait dans son esprit brûlant des projets d’échappatoire, cherchant une alternative.

Mais quelle alternative?

Faire table rase de notre humanité?…

Pour tout recommencer….?

signature emma.jpg

Laisser un commentaire