• Accueil
  • > Archives pour février 2008

Archive pour février 2008

Le petit greffier se fait pas chier (âmes sensibles, passez votre chemin!)

Mardi 26 février 2008

Regardez-moi cette grosse feignasse, cette vieille pelure avachie sur mon sofa.

Et ça vous laisse des poils partout, d’quoi en fabriquer un nouveau, tiens! Et ça vous regarde sournoisement de travers, l’air supérieur. Qu’est-ce qui peut y voir celui-là, s’donne un genre, voilà!

 

Mais observez ces simagrées. Et que je me roule par terre pour avoir des caresses et que je vous crache dessus quand j’en veux pas. Et que je vous plante les griffes dans la cuisse pour pouvoir monter sur les genoux, en arborant une tronche tout mignonne…

 

Et le voilà reparti, à la conquête de mes rideaux, des rideaux que j’ai dû raccourcir de 50 bons centimètres, histoire de le décourager. Il s’est quand même débrouillé pour s’y agripper et avec son poids, il m’a arraché la tringle de la porte-fenêtre. Obligé de racheter des vieux rideaux pourraves . Sans blague! Y m’ont presque payé au magasin pour les en débarrasser, tellement qu’ y sont moches et vilains, ces rideaux. Zut, c’est qu’y vous oblige à vivre mal décoré…

 

Bon, pourquoi, qu’y r’nifle sa mangeoire, maintenant va faire le difficile. C’est vrai qu’ça respire pas le traiteur mais ceux qui font ça, y savent que c’est bon, z’ont forcément goûté! J’te donne une crevette, là! Ah, il est tout frétillant de la queue. Il vous sucerait les doigts jusqu’au sang. Ca fait vraiment plaisir à voir, un si bon appétit, j’ai pas intérêt à oublier d’l'nourrir!

 

C’est bien mon gros, bien dans la litière. Ah, mais qu’est-ce qui refoule comme ça? L’a mangé du rat crevé. Et puis, baille dans la direction du vent, pue des crocs, l’animal! Voyons, qu’est ce qui m’a fait! Merde, l’a vomi tout le gras des croquettes juste à côté de la porte .. Mais qu’est-ce qu’y fait? C’est comme si qu’y grattait frénétiquement comme un frénétique autour de la litière, dois chercher un truc, le frénétique!

 

Non, tu rentres pas! Faudrait pas qu’y t’prenne l’envie de prendre mon lit pour une litière grand format. Non, tu sors pas! J’ fais le ménage! Mais, pige rien ce chat! Bon, où qu’il est encore, à traîner, alors que je m’échine à garder cette maison propre, pourrait m’aider à passer l’aspirateur, pense qu’à ses poils!

 

….Quelle heure est-il donc? Aïe, deux heures du matin… C’est quoi ce bruit bizarre, on dirait le glou glou de la tuyauterie?… Oh, c’est toi qui miaule à la lune? T’as vu l’heure qu’il est? Non, je te caresse pas! Non, tu dors pas dans le lit! Oui, tu commences à me faire c…

Coucou le petit minou qui ronfle tranquillement sur mon sofa, vient voir, regarde la souris, regarde la boule de papier, regarde la balle bondissante, regarde le fil de laine, regarde le sac en papier, regarde le morceau de carton, regarde, regarde… Alors…. comment tu t’sens l’ami? Cerné des yeux…Hum!

 

Combien de fois t’ai-je dit de NE PAS RENTRER DANS LA SALLE DE BAIN!! Faut-il qu’il soit bouché de la compréhension celui-là. Ah, tu veux rentrer quand même, viens par là, que je te lisse le poils au savon à la lavande… Le pleutre! Il s’enfuit.

 

Coucou le minou… C’est pour qui la vodka sur la truffe… Tiens! Et la prochaine fois, tu tourneras huit fois ta langue dans ta gueule avant de miauler quand je mange devant mon émission de télé-réalité. Faut s’faire respecter. Non mais!

 

Bon, bah, personne ne veut te garder. Comment je fais moi… Tu sais, un mois à Boulogne- Billancourt, tu vas pas supporter, mon vieux. L’air est moite et les gens méchants, ça va te chagriner. Vaut mieux que je te laisse. Tu t’feras bien des copains dans la cité. Y’a tout ce dont tu as besoin dans local à ordures , tu t’rappelles, je t’y ai amené la semaine dernière. Et puis n’oublie pas, si quelqu’un veut te ramener chez lui, range tes griffes et essaie de comprendre ce qu’on te dit… Essaie de passer pour un bien élevé, j’me suis pas fais chier pour rien…

Bah, voilà qu’y miaule de tristesse, tu voudrais pas me gâcher ma détente quand même, ingrat!!

Note de l’auteur: ces douces réflexions ont été écrites sous la contrainte et ne visent aucun animal en particulier. D’ailleurs, aucun animal n’a été mal traité pendant la rédaction de cet article (après, j’dis pas.)

signature emma.jpg

 

 

 

Sacré Christian Voltz !*

Mardi 26 février 2008

imgp4328.jpg

LOvaleNoir dans le bric-à-brac de Christian Voltz*

Christian Voltz est auteur-illustrateur de livres pour enfants. Mais il est aussi graveur et sculpteur. Il travaille les métaux et récupère plein de trucs et de trocs pour composer des univers minimalistes et originaux dans lesquels évoluent des personnages attachants.

fortblanche2.jpg fortblanche1.jpg

Le lièvre, Madelaine, Le chat et M. José

(Une forêt blanche et noire, éd. du Seuil, 2006)

Parmi les nombreux livres qu’il a écrits, il a notamment fait éditer une série de petits albums carrés pour les enfants curieux aux éditions du Rouergue. Il y raconte des histoires simples et délicieusement insolites, de rencontres, de jardinage, de boulot enquiquinant…dont les fins sont toujours surprenantes.

lacaresse1.jpg lacaresse2.jpg

La caresse du Papillon (Le Rouergue, 2005)

Chaque page semble organisée comme une petite séquence de cinéma: l’illustration en pleine page permet aux décors de se déployer et à l’oeil gourmand d’en profiter à son aise. Les personnages y vivent leurs aventures en toute liberté.

unaigledans1.jpg Un aigle dans le dos (Le Rouergue, 2001)

Il y a toujours des jeux sur la typographie: elle change de taille ou de couleur en fonction des situations. Elle interpelle le regard et donne envie de lire à voix haute pour satisfaire une envie irrésistible de jouer ce qui est dit. Il y a comme une sorte d’excitation intérieure à voir les lettres se mouvoir …

patates1.jpg patates2.jpg

Patates (Le Rouergue, 2000)

Avec à peu près n’importe quoi, C. Voltz est capable de créer un personnage expressif, un paysage réaliste, un intérieur domestique cosy… L’auteur détourne, retourne et assemble avec fantaisie et pertinence.

vousvoulezrire1.jpg Vous voulez rire ? (Le Rouergue, 2006)

Mon album « coup de coeur » reste indéniablement « La souris et le voleur » paru aux éditions Didier jeunesse: en faisant son ménage, une souris trouve un sou. Avec ce sou, elle va acheter un morceau de viande dont elle mange la moitié au dîner. Elle laisse l’autre moitié pour demain. Mais dans la nuit, un voleur lui vole son repas… L’histoire racontée par le poète-conteur Jihad Darwiche est une adaptation d’un conte issu de la tradition orale libanaise, pleine d’humour et de …suspense. Le bric-à-brac de C. Voltz vient l’ illustrer avec la même drôlerie. Sentez le souci du détail, observez l’expressivité des personnages et du texte imprimé, remarquez enfin la recherche du motif.

lasouris.jpg

La souris et le voleur (Didier jeunesse, 2002)

Tiens en parlant du motif, les décors de C. Voltz semblent réalistes jusqu’à leur texture très bien rendue par la photographie de Jean-Louis Hess : vous admirerez les papiers peints vieillots de la maison de la souris dans « La souris et le voleur« , la coloration des métaux et les effets terre craquelée dans « Stromboli« , la moquette, les rideaux, le canapé… dans « Un aigle dans le dos » … Il porte également un souci particulier au détail. A la manière des maisons de poupées, il recrée des intérieurs familiers. Allez voir d’ailleurs « Comme chaque matin« : derrière chaque détail (porte, lit, rasoir, penderie…), on sent l’auteur au travail, un travail patient, soigné et magique…

Comme chaque matin (Le Rouergue, 1998 ) comme1.jpg

Enfin, C. Voltz parvient dans des décors quasi plats à donner corps à tout ce petit monde…

Simplement jubilatoire.

Pour des infos indiscrètes sur l’auteur, allez surfer :

Sur le site de l’auteur

Sur l’un des sites spécialisés en littérature jeunesse, pour des critiques sur ses albums

Petite info (à confirmer), j’ai appris il y a quelques jours qu’une exposition de certains de ses travaux était prévue dans certaines villes de la Seine-Saint-Denis. Ouvrons l’oeil!

sacrsandwich.jpg

Sacré sandwich (Pastel, Ecole des loisirs, 2006)

*Mise en scène d’Emma et Tom, photographie de Tom.

 

* A l’origine sur le blog Emma, le Musée Miroiteur.