• Accueil
  • > Archives pour juillet 2008

Archive pour juillet 2008

Le 4ème Festival TERRES DU SON au château de Candé

Lundi 21 juillet 2008

terresduson2008.gif

testhematome3.jpgC’est un peu par hasard que nous avons découvert ce festival à l’affiche riche et prometteuse. Car comme toujours à cette époque de l’année, il fleurit un nombre hallucinant de festivals de musique, le tout étant de choisir le bon quand on ne peut pas aller partout. Ainsi nous pensons que ce petit festival à un bel avenir devant lui, mais laissez-nous vous présenter son organisation, son lieu et ses invités…

Le festival :
Dans le vaste domaine du château de Candé situé dans la commune de Monts (37), nous découvrons avec enthousiasme un festival de musique « écolo ».

Le cadre est superbe. Après une bonne dizaine de minutes de marche le long d’un chemin de terre parmi des arbres vigoureux, nous arrivons enfin sur le territoire du festival. A l’entrée se massent des boutiques vendant des produits « ethniques », bijoux en bois, sacs indiens, chapeaux de carnaval, batiks… une tente où l’on savoure, assis sur des coussins, un thé à la menthe et des pâtisseries arabes… des tables où des curieux participent à des jeux qui font parler d’eux… A l’intérieur du festival, la Police verte conseille les badauds, la Croix rouge attend ses futurs bénévoles, et des « toilettes sèches » accueillent les filles et les garçons pressés. Dans ce genre de toilettes, on utilise des copeaux de bois pour couvrir sa petite commission; et miracle, après plusieurs heures, les toilettes sentent aussi bon qu’au début du festival!

Nous allons de découverte en découverte : des messages écolos suspendus aux arbres aux verres consignés, en passant par la distribution de cendriers aux couleurs du festival. Tout aurait été parfait sans quelques désagréments : les jeunes, murgés à la bière, qui ne tenant plus debout s’écrasent à vos pieds, les malpropres qui urinent sur les bâches délimitant le festival devant les yeux des enfants, verres en plastique et serviettes en papier jonchant le sol au bout du deuxième jour de festival, le comportement un peu « border line » de groupes non organisés rassemblés un peu partout, d’avantage pour chahuter que pour écouter de la musique et surtout une foule beaucoup trop nombreuse pour la taille du festival, quasi impossible à canaliser malgré le nombre de bénévoles oeuvrant pour la propreté des lieux. L’évènement serait-il victime de son succès ? Vous nous direz, c’est un festival de rock, donc on peut s’attendre à quelques débordements. Mais tout de même, le rock est-il devenu incivique ? Nous ne croyons pas. Alors?

Les Concerts :

topemma.jpgOrange Blossom : Orange Blossom est un groupe français à la musique métissée. La chanteuse charismatique du groupe est littéralement entrée en transe sur scène et nous a offert un grand spectacle, généreux et puissant. Le groupe a communiqué à la foule serrée de spectateurs un souffle venant d’ailleurs. Quel plaisir de pouvoir identifier l’origine de quelques sonorités insolites entendues dans plusieurs chansons de leur premier album ! Ce groupe est pour moi un Grand coup de cœur. Pourvu qu’ ils continuent !

http://myspace.com/orangeblossommusic

topthomas.jpg

Orange Blossom : Découvert grâce à un emprunt à la médiathèque par Emma il y a 1 an ou deux, ce groupe rythmait avec entrain nos séances de travail à la maison. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que nous avons assisté à ce concert ! Composé de quatre musiciens d’origine, d’horizon ou de culture différentes, ce melting-pot musical n’est pas sans rappeler des groupes comme Ekova ou Dead Can Dance. Le style est un mélange de musiques du monde mêlées à des sons électro. En concert, chaque membre du groupe fait le spectacle, à commencer par la chanteuse à la voix envoûtante, suivie de près par le violoncelliste survolté et deux percussionnistes se répondant l’un l’autre. A noter que Orange Blossom sera présent en concert gratuit à Paris Plage le 16 août prochain.

topemma.jpg

The Do : je ne connaissais qu’une de leurs chansons, celle qui a été utilisée pour la dernière publicité des cahiers Clairefontaine, vous savez, celle où une jolie jeune fille assise sur un banc le cahier ouvert imagine sa vie avec différents compagnons tous plus séduisants les uns que les autres. De les voir en concert fut une vraie surprise pour mes oreilles et mes yeux. The Do, c’est une formation pop-rock franco-finnoise, originale et pêchue centrée sur la chanteuse à la voix sucrée, qui est apparue sur la scène de Terres de son dans un grand imperméable, comme petit lutin gris surgissant dans la lumière, et le guitariste aussi drôle qu’ énergique. J’ai découvert avec plaisir des mélodies dissonantes, truffées des bruits curieux ; les sonorités et les rythmes de leurs morceaux s’enrichissent d’emprunts faits sans distinction au rap, au hip-hop, à la folk, à la techno …Un groupe à suivre aveuglément…

http://myspace.com/thedoband

topthomas.jpg

The Do : Un peu comme tout le monde en ce moment, je ne connaissais de ce groupe que le single « On my shoulders .» Je n’avais toujours pas pris le temps d’écouter leur album. La découverte de ce groupe sur scène a été pour moi une bonne grosse claque, un peu ce que j’avais ressenti d’ailleurs au concert d’Emilie Simon à Sannois en 2006. Mais The Do c’est quoi? Et bien c’est d’abord un duo d’artistes talentueux et punchy capables d’évoluer entre musique folk, rock, triphop, et électro. On ressent les influences de Björk, de PJ Harvey, Stina Nordenstam ou encore de certains groupes des 70’s tel que The Who, Pink Floyd,… Sur scène la chanteuse (une p’tite nénette à capuche toute rigolote) vous fait vibrer grâce à sa voix douce et folle tandis que de son côté son partenaire (un gars à chapeau) assure avec virtuosité des arrangements musicaux hallucinants. Pour moi c’est LA découverte musicale de ce festival ! « Why would I carry such a weight on my shoulders? Why am I always by your side when you’re down?… »

topemma.jpgOrigine Contrôlée : les deux frères de l’ancien groupe Zebda poursuivent leurs expérimentations musicales. Cette fois, ils proposent de rendre hommage aux chanteurs algériens des années 1940 à 1980, ceux qu’écoutait leur père et qui ont bercé leur enfance…Ils veulent aussi communiquer par ce nouveau projet un message : la transmission culturelle s’est bien passée pour eux, la France est une terre de souffrance mais aussi d’espérance …Les deux frères se sont livrés à quelques jeux de scènes, le visage hilare, les yeux pétillants. Des chansons pleines de nostalgie à voir.
http://myspace.com/originescontrolees

topthomas.jpgOrigine Contrôlé : Il a de la gueule le nouveau projet de Mouss et Hakim (membres des Zebda et des Motivé-e-s). Après quelques années de silence (en tout cas, je ne les avais plus entendus depuis leur collaboration avec Brigitte Fontaine sur « Le Nougat »), les deux frangins toulousaings décident d’explorer le patrimoine de leurs aînés immigrés algériens en rendant hommage à un certains nombre d’artiste des années 40 à nos jours ! Le résultat : un mélange de musique traditionnelle et de bonne humeur (c’est vrai quoi, on les voit jamais faire la gueule ces deux-là!). Petit bémol, je trouve le jeu de scène et la version live tellement riche que la version CD doit être un peu mou à écouter.

topemma.jpgPigalle : J’ai eu un réel plaisir à réentendre François Hadji Lazaro … chanter de sa voix caverneuse et rocailleuse des chansons telles que « Vendredi treize », « Ne m’oublie pas« … Je regrette cependant le jeu scénique du chanteur qui m’a beaucoup rappelé le concert parisien du mois de mai dernier.
http://myspace.com/pigalleofficiel

topthomas.jpgPigalle : Le groupe des François est de retour! Il y a tout d’abord François Hadji-Lazaro, suivi par François Benichou, François Combarieu, Boubouche et J-P Motte. A eux cinq, ils forment « Pigalle », ce groupe mythique de la scène rock des années 90 et qui s’était séparé en 98. Nous retrouvions Pigalle pour la deuxième fois sur scène cette année (nous les avions vus au Bataclan en mai dernier pour leur grand retour.) L’engouement, la passion et l’émotion était toujours aussi prégnantes. Enchaînant les morceaux à un rythme soutenu, les Pigalle ne sont pas avares vis-à-vis de leur public. Sur scène François Hadji-Lazaro passe d’un instrument à l’autre tel un véritable homme orchestre virtuose à lui tout seul, tout en chantant de sa voix forte et mélancolique des histoires sombres, digne des chansons de Piaf ou de Fréhel. « Dans la salle du bar tabac de la rue des Martyrs y’a des filles de nuit qu’attendent le jour en vendant du plaisir… »

topemma.jpgCocoon : Une jolie pianiste et un chanteur élégant nous ont enveloppés pendant une heure dans de la ouate sucrée de voix suaves et de musiques calmes. On nous annonçait un groupe à la musique minimaliste et tendre… Promesse tenue, la musique de Cocoon, donne envie de manger des bonbons en plein milieu d’un champs parsemé de coquelicots, de regarder, les coudes appuyés sur sa fenêtre voler les feuilles des marronniers ou courir les nuages… Après le réalisme cynique de Pigalle, le charme délicieusement poétique et zen de Cocoon fait du bien.
http://myspace.com/listentococoon

topthomas.jpgCocoon : Autre découverte musicale intéressante: les deux musiciens de Cocoon m’ont tout de suite fait penser à deux bisounours ou à une peluche toute douce, un peu à l’image de leur musique tendre, aux mélodies paisibles et aux rythmes enjoués (qui ne sont pas sans rappeler Cocorosie mais les bruits rigolos en moins.) Les deux voix sont parfaitement accordées et une reprise comme « Hey ya » des OutKast prend tout de suite un petit goût fondant et acidulé.

topemma.jpgKeziah Jones : Des sons de guitare secs et claquants, où semblent se disputer improvisation et jeu de gammes maîtrisés accompagnent une voix chaude passant du grave à l’aigu sans rupture. Les chansons se suivent à une cadence soutenue, Keziah chante tout en un seul souffle. Le bonhomme au petit chapeau de feutre sombre porté de travers et au costume bariolé très ajusté ne nous a rien épargné.
http://myspace.com/keziahjones

topthomas.jpgKeziah Jones : Que dire du grand Keziah Jones si ce n’est : « mais nom de dieu d’bordel à mouettes quel taaaaalent! .» Ces albums sont déjà excellents à l’écoute, mais les version live, elles, sont carrément grandioses. Sur scène Keziah dégage une énergie et un charisme puissants (d’ailleurs quand il tombe la chemise pour offrir un torse imberbe et musclé, les femmes s’affolent!) Accompagné de ses deux musiciens (un batteur et un bassiste) il fait claquer les cordes de sa guitare comme une mitraillette avec une dextérité digne de Jimi Hendrix, transcendant ainsi les plus beaux morceaux qu’il ait composés comme « Kpafuca« , « Beautiful Emilie« , « AfroSurrealism For The Ladies » et j’en passe… En somme Keziah Jones est le genre de musicien tellement impliqué dans sa musique qu’il arrive à vous faire radicalement frissonner de plaisir! Et si vous voulez frissonner à un de ses concerts, je vous recommande d’aller le voir le 16 août prochain à Paris Plage.

topemma.jpgMass Hysteria : C’était hystérique, bondissant, suant, bruyant, rageur. Une vraie fureur collective. Je regrette juste le réglage du son : on entend surtout la musique, très peu les paroles. Mais peut-être est-ce fait exprès ? Mass Hysteria c’est du « bruit » sur scène, des chansons à textes dans l’intimité de leurs albums…
http://myspace.com/masshysteriaofficial

topthomas.jpgMass Hysteria : Découvert sur une scène des solidays il y a 2 ans, c’était la troisième fois que nous assistions à un de leur show! Et chaud c’est le mot (hu! hu! hu!) car dans le public c’est la folie furieuse, tout le monde se met à pogoter comme des dingues au son d’une musique « métal indus » tonitruante et emportée. Comme d’hab’ donc, Mouss le chanteur du groupe, exhorte le public jusqu’à l’hystérie (bah oui c’est Mass Hysteria quoi!) Le petit bémol des concerts de Mass Hysteria c’est l’acoustique! En effet la musique à souvent tendance à étouffer le chant de Mouss. C’est dommage car pour des métalleux-indus-hardcore, les lyrics sont plutôt intelligents, poétiques et porteurs de messages forts (un peu comme System of a Down au demeurant.) « Quelle est la solution? Quelle est la réaction? Quelle est la bonne? Quelle est la bonne? Je m’évade de Babylone pour Zioooooonnnn… »

topemma.jpgDemi Mondaine : Un petit groupe de rock post-punck est venu nous chatouiller les oreilles. la chanteuse à la chevelure de Blondie et à la voix rappelant un peu celle de Courtney love ou Patti Smith a chanté quelques bons morceaux très intéressants. Cependant, je regrette l’absence de folie, de voix rageuse et textes un peu engagés, éléments caractéristiques du mouvement punk, même si c’est pour pousser à la consommation de bière et autres substances délictueuses (mais délicieuses, l’un n’empêchant pas l’autre !) A suivre, malgré tout.
http://myspace.com/demimondainemusic

topemma.jpgLa scène électro : Près de la seconde tente où chacun peut boire à son aise un thé à la menthe fumant et des pâtisseries honteusement délicieuses, une autre scène est installée. Un peu avant la tombée de la nuit, des Dj se succèdent et mixent dans une folle ambiance des morceaux connus de tous, installés devant un grand écran qui diffuse en boucle des films d’animation étranges à vous rendre épileptiques. Un vrai bonheur pour ceux qui aiment les ambiances de techno transe et danser jusqu’à arrêt du cœur. Moi j’en suis!

Et enfin un petit lien vers le site du festival : http://www.terresduson.com/2008/