La chute IV: L’amour? Rien à faire!

 L’amour? Rien à faire!…

L’amour était pour elle une chose d’un autre monde ; elle ne comprenait pas qu’on cherche tant à le trouver. Elle estimait être plus heureuse sans  amour ni tendresse. Cette idée s’était installée sournoisement dans sa tête depuis que son voisin de pallier, avec qui elle avait essayé de nouer un contact verbal, puis tactile, avait tenté de l’étrangler avec la ceinture de sa robe de chambre jaune poussin.

Dans quelques jours, c’était la Saint-Valentin; elle voyait déjà  les amoureux aux sourires béas, les yeux larmoyants occupés à se lécher la glotte aux terrasses chauffées de ses cafés préférés. Elle pensa à sa voisine qui aimait tout particulièrement la veille  qu’on entende l’amour qu’elle ressentait pour ses amis de passage. Comment passer cette énième fête sans déprimer? Elle devait se rendre à l’évidence: elle était seule. Elle songea à acheter un petit animal de compagnie qui supporterait ses monologues idiots sans se plaindre.  L’affaire ne fut pas simple, les poils d’animaux la démangeaient, les plumes lui donnaient envie de pleurer.  Le vendeur de l’animalerie lui conseilla un reptile ou un batracien. Elle se demandait si adopter une bête à sang froid réussirait à geler enfin ses espoirs de romances. Elle revint chez elle avec une minuscule tortue. Elles s’entreregardèrent sans qu’aucune magie n’opéra. Posée sur une feuille de salade dont elle machouillait mollement un bout, la tortue lilliputienne baptisée Lilas avait  déjà l’air fatiguée de son existence. La cohabitation s’annonçait des plus intéressantes.

La Saint-Valentin passa donc dans son coeur comme les années précédentes, morne, déprimante et moqueuse. En regardant sa tortue avancer péniblement dans son vivarium,  les yeux humides, elle trouvait que la vie avait un sens de l’humour difficile à cerner. Elle se prépara des Pop corn salés, s’assit dans son grand fauteuil et se mit à réfléchir.

Il y avait eu d’abord  Fernand. Elle avait 18 ans à l’époque, c’était le premier flirt auquel sa mère consentit. Fernand avait la seule qualité d’exercer comme feux son mari le métier passionnant d’aide-bibliothécaire. D’un physique agréable, le jeune homme touchait par sa spontanéité et sa candeur. Elle apprit ainsi qu’elle n’était pas mal pour un boudin et qu’en soignant sa personne, elle réussirait à être potable dans une vingtaine d’ années. L’idylle dura deux jours, c’était un début.

Il y eut ensuite René, le musicien incompris. Ils s’étaient rencontrés au conservatoire municipal durant la fête de fin d’année de juin, sur un banc. Il faisait chaud, elle était sortie prendre l’air après le dernier concert. Elle lui avait demandé si elle pouvait partager le banc sur lequel il était assis et la conversation avait démarré ainsi…. Il la fit rêver en lui parlant de ses espoirs de musicien; elle le séduisit en lui récitant un de ses textes en prose. Le problème de René, car il y en avait un, et de taille, c’était son caractère. René s’irritant de tout, était sans cesse de mauvaise humeur; une fois c’était de la faute de son concierge qui l’empêchait de développer sa créativité musicale la nuit, une autre fois c’était la faute de ses parents qui ne l’avaient jamais soutenu que financièrement ce qui était une honte pour un artiste maudit tel que lui, une autre fois encore c’était de la faute de l’électricien, du boulanger, du conducteur de métro…. Le monde lui en voulait et c’était pour cela qu’il  échouait dans ses tentatives de devenir un artiste de jazz reconnu et envié… très envié. Elle l’encouragea du mieux qu’elle put jusqu’au jour où, lui apprenant qu’un de ses textes seraient bientôt publiés,  elle reçut en pleine figure sa guitare et ses partitions. Elle ne sut jamais pourquoi. Ah, ces artistes! Depuis, et on la comprend, elle détestait le jazz. 

Il y eut aussi Rodrigue, tellement jaloux qu’elle ne pouvait pas aller aux toilettes des pubs non accompagnée; le beau Marcel passionné de pétanque qui l’emmenait partout avec lui et finissait par l’oublier dans un coin; Gaspard le sculpteur qui, fasciné par ses formes généreuses, ne voulait la voir que nue et allongée les jambes écartées sur un divan tendu de soie rouge; Pierre-Yves qui la dragua  par SMS interposés pendant huit mois et joua à l’homme invisible le jour de leur premier rendez-vous en chair et en os; ou  encore Etienne, collectionneur de boîte d’allumettes et de conquêtes; Philippe, coiffeur et bi-sexuel tous les deux mois; Benoît ,un employé de bureau de 10 ans son aîné qui l’aimait comme sa mère et enfin Thierry qui insistait pour qu’elle porte des bas résilles verts et des escarpins violets à tous leurs rendez-vous. Sans oublier, Félix son voisin….

A bientôt trente-et-un ans, elle accumulait les expériences amoureuses, les crises de larmes et les remises en question complètement vaines…

A suivre…

signature emma.jpg

Laisser un commentaire