ZE EMMA NATION

Presentation1.jpg

Essayons de faire clair à défaut de faire court. Etudiante en arts plastiques, mon univers est peuplé d’images fantasmatiques. Pourquoi ? Parce que je suis artiste. Attention, pas l’artiste qui s’la raconte ou qui expose partout. Non plutôt une artiste dans l’âme: à savoir mûe par l’envie et le besoin obsessionnels de trouver une cohérence à ma vie, le désir d’être reconnue à travers ce que je fais, ce qui m’émeut et ce qui me fait rêver. Et surtout, une inadaptation quasi pathologique à parler directement avec autrui. Mon souhait, partager mon travail et les réflexions que me suggère le monde à travers la peinture, le cinéma ou la littérature. C’est un projet difficile car il faut être rigoureux. J’essaierai de ne pas me décevoir. Timide, c’est une manière de m’exposer et de rentrer en contact avec celui que ça interpelle ou que ça révolte.

Je suis de celle qui ne croit pas qu’être artiste soit un genre, c’est plus un mode de penser le monde et d’organiser sa vie. Je ferai de mon mieux pour vous donner la notice pour comprendre la machine et peut-être faire démarrer la vôtre.

4 Réponses à “ZE EMMA NATION”

  1. elo dit :

    Enfin je découvre tes toiles…
    certaines me touchent davantage que d’autres mais c’est un question de goût, de ressenti, j’aime beaucoup la femme papillon, la trinité, passé-présent- futur…et tout ce qui est dans ce style de mélange des techniques

    Je vais enfin pouvoir découvrir des choses sur l’art ( ça peut m’être utile ) grâce à votre blog

  2. hematome dit :

    Merci Mademoiselle,

    Sachant que tu suivras nos aventures épistolaires, nous mettrons un point d’honneur et non un point final, à parler de « notre » actualité artistique avec soin et originalité.
    Concernant ton avis sur mes travaux, comme tu le dis, tout est une question de goût… Je te remercie pour cet avis, il vient confirmer un pressentiment de productions plastiques à venir.
    A bientôt.

  3. hematome dit :

    Bonsoir,

    Ton message un peu décalé m’a fait sourire, certainement malgré moi.
    Continue à aller sur notre blog, nous en avons besoin. De nouvelles idées sont toujours les bienvenues, à condition qu’elles soient énoncées clairement.
    Pour ta création personnelle, je reste, et ce sera mon seul point faible, ouverte et disponible.
    Biz

  4. VOUS: Essayons de faire clair à défaut de faire court.
    MOI: Vous écrivez clair et court. Moi je m’y essaie. Je ne sais si ça l’est. Pourmoi oui, pour autrui, c’est une autre histoire. Donc je ne sais pas pour autrui. Vous me direz?
    VOUS: Parce que je suis artiste.
    MOI: Parce que je suis autiste et que je franchis le mur.
    VOUS: Inadaptation quasi pathologique à parler directement avec autrui.
    MOI: Inadaptation, donc handicapé. Autiste qui franchit le mur donc là, je ne sais plus où me situer. Je vais dire adaptée au handicap. Ou du moins, m’y adaptant. Participe présent. Inadaptation, état d’un instant. Adaptation, mouvement.
    VOUS: Mon souhait, partager mon travail et les réflexions que me suggère le monde à travers la peinture, le cinéma ou la littérature.
    MOI: IDEM ET DIFFERENT: à travers le théâtre, la musique et la littérature pour moi.
    VOUS:C’est un projet difficile car il faut être rigoureux.
    MOI: Plus vaste de rigoureux. Croire au partage… Seuls les fous osent encore y croire. J’en suis. Et donc c’est pire que rigoureux, parce que moi, enfin vous je ne sais pas, mais moi c’est comme ça, je travaille comme une folle. Ou put-être que je ne connais pas le mot rigoureux.
    VOUS: J’essaierai de ne pas me décevoir.
    MOI: La même chose mais pas au futur. Je conjugue cette phrase au présent. Toujours au présent. J’essaie de ne pas me décevoir.
    Timide, je ne sais pas ce que c’est timide. Je ne sais pas ce que c’est timide.
    Blog… manière de m’exposer et de rentrer en contact avec le reste du monde.

    Mon adresse http:// sylviebertrand.unblog.fr,

    Je crois que c’est ça… pas sûre… jamais eu besoin de communiquer cette information. Donc là, c’est au petit bonheur la chance. Croire au partage envers et contre tout. Si je dois partager avec vous, cela se produira d’une manière ou d’une autre donc…
    Pas de mot pour la fin.
    Trop de mots.
    Sinon merci et pardon aussi.
    Merci pour vos mots.
    Vous écrivez clair et court. Court ne veut pas dire grand chose de toute façon. Juste de la relativité…

Laisser un commentaire